La ligne 18 du Grand Paris Express : un impact social, urbain, environnemental et économique

Parmi les grands chantiers du GPE (Grand Paris Express), celui de la ligne 18 ne déroge pas à la règle : il est emblématique de l’ambition affichée par les autorités organisatrices de la mobilité de la région parisienne, à savoir rapprocher les communes éloignées des nœuds de développement économique. Il propose un parcours inédit qui permettra de dynamiser le Sud de Paris et de relier des sites stratégiques, notamment des hautes écoles et centres de recherche ainsi que des nœuds de développement économique. BG est mandataire du groupement Link18, en charge de l’AMO (Assistance à Maîtrise d’Ouvrage) de ce projet phare du futur réseau du métro parisien.

Le Grand Paris Express, c’est avant tout un projet de contournement de l’agglomération parisienne, mais en transport ferroviaire urbain. La ligne 18, dans la section Sud-Ouest du réseau, facilitera les déplacements des habitants de l’Essonne et des Yvelines grâce à ses nombreuses correspondances. Son itinéraire d’Orly à Versailles sillonne des secteurs stratégiques pour le développement technologique et économique du pays. Elle reliera des zones inter-banlieues, qui jusqu’ici n’étaient pas desservies sans avoir à transiter par Paris.

Désenclaver des villes dont les habitants sont aujourd’hui éloignés de l’emploi et de l’offre de formation : c’est l’un des objectifs du projet du Grand Paris Express, et en particulier de celui de la ligne 18. Dans ce cadre, un des principaux enjeux du projet est de maintenir l’équilibre entre l’impact social et économique attendu et le besoin de limiter les externalités négatives, à savoir la nécessité de préserver les sites qu’il traverse, pendant la construction et l’exploitation. Sa conception se base donc sur le principe ERC (Éviter, Réduire, Compenser). Le chantier de la ligne 18 traversant des champs et des territoires agricoles importants pour la région, sa partie centrale sera donc desservie par viaduc, sur un tronçon représentant un tiers du parcours total. Bien entendu, comme pour tout projet de transport public, cette ligne représente également une véritable alternative à la voiture. Son arrivée favorisera donc l’émergence d’une mobilité respectueuse de l’environnement (marche, vélo), et ce d’autant plus que ce projet est accompagné d’opérations d’aménagement autour des gares, mêlant logements, bureaux, commerces, services, espaces publics et espaces verts. Nous ne sommes plus très loin de la ville des 15 minutes, ce concept qui prône une organisation de la ville où la plupart des services se situent dans un rayon de 1 kilomètre. BG est fier d’être un acteur de ce projet et de contribuer, par son expertise et son engagement, au développement social et environnemental durable de ce territoire.

Les chiffres clés
■ Infrastructures : la ligne s’étendra sur 35 km et desservira 10 gares (3 aériennes, 7 souterraines).
■ Performances : l’automatisation intégrale de la ligne (rames sans conducteur) permettra d’atteindre une vitesse commerciale moyenne de 65 km/h avec un temps de parcours, d’un bout à l’autre de la ligne, estimé à moins de 32 minutes.
■ La ligne 18 devrait également permettre de transporter à terme près de 110 000 voyageurs par jour, tout en traversant 13 communes concernées dans 3 départements.
■ Ligne stratégique du GPE, avec un projet d’extension vers La Défense au-delà de 2030, le chantier de la ligne 18 est soutenu par un budget initial estimé à 2,7 milliards d’euros.

(Article tiré du BG Magazine 2022, version actualisée sur le site)
X
X