«Ce que j’apprécie, c’est la diversité et la pluridisciplinarité des projets sur lesquels je travaille.»

BG accorde une importance particulière à la formation des jeunes. Apprenti-es, stagiaires et alternant-es, le groupe BG forme chaque année des dizaines d’étudiant-es dans différents secteurs et leur donne une expérience professionnelle de qualité.

Le portrait de l’ingénieure de projets Mathilde Metral permet d’en savoir un peu plus sur celles et ceux qui ont choisi BG Ingénieurs Conseils pour finaliser leurs études et, dans certains cas, y démarrer leur carrière.

 

  • Qui es-tu ?

Je m’appelle Mathilde Metral. J’ai commencé chez BG en tant qu’ingénieure de projets à l’automne 2021. Durant mes études, je me suis particulièrement intéressée à de la mécanique des sols et des roches. J’ai eu la chance de réaliser différents stages à l’étranger, en particulier au Chili et en Malaisie ; ainsi que des projets variés auprès de plusieurs organismes, tels que l’Institut géotechnique de Norvège (NGI) ou encore le centre de recherche sur l’environnement alpin (CREAPL). Cela m’a permis de développer des compétences variées dans le domaine.

  • Comment ta passion t’a amenée à faire des études de génie civil ?

Mon attrait pour le génie civil est plutôt dû à ma curiosité de comprendre le monde qui nous entoure. Les infrastructures de toute sorte font parties intégrantes de notre société. Ce que j’apprécie le plus dans ce domaine, c’est de voir la réalisation et l’impact d’un projet que l’on a pu suivre.

En revanche, mon intérêt pour l’étude et le comportement du sol est principalement lié aux différentes activités que je pratique en montagne. En particulier, je me suis fortement intéressée à la gestion et la prévention des dangers naturels, qui est une thématique plus actuelle, et fortement importante en Suisse au vu de son environnement alpin.

  • Comment tes études et ton projet de master, qui a été salué à l’EPFL, t’ont amené chez BG ?

Les forts liens qu’entretiennent BG et l’EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) sont bien connus. Les compétences théoriques développées à l’EPFL me permettent ainsi d’aborder les questions complexes sur certains projets de BG et d’élaborer des solutions optimales.

  • Tu travailles en tant qu’ingénieure de projets chez BG : peux-tu nous en dire plus sur les projets sur lesquels tu es sollicitée ? Quelles sont tes motivations quotidiennes ?

J’ai rejoint le groupe Ouvrages souterrains. Les projets sur lesquels j’ai pu travailler ces derniers mois sont nombreux. Ils concernent aussi bien des projets d’assainissement de tunnels, que des expertises ou encore le développement de modèle numérique. J’ai aussi appuyé le groupe Géotechnique essentiellement sur des projets de stabilisation de talus et d’ouvrages de soutènements, en particulier dans le cadre du projet de tramway lausannois.

Ce que j’apprécie, c’est la diversité et la pluridisciplinarité des projets sur lesquels je travaille. De plus, c’est un domaine où l’on apprend beaucoup au fur et à mesure des années. Il est agréable de voir ses compétences augmenter avec l’expérience et le temps.

Son travail de master : prédiction des glissements de terrains argileux

X
X