«Ma passion, c’est la montagne – à l’intérieur comme à l’extérieur !»

Passionné des Alpes suisses et françaises au point d’y consacrer presque toutes ses heures de travail et une large partie de son temps de loisir, l’ingénieur civil Gérard SEINGRE nous parle des chantiers auxquels il a collaboré et de la meilleure manière de progresser.

 

Gérard Seingre, complétez la phrase « Je ne serai pas arrivé jusqu’ici sans… »

(Rires) Je dois beaucoup à mon mentor François Vuilleumier, ancien directeur du Domaine Infrastructures chez BG Ingénieurs Conseils, encore actif comme expert. Il a toujours eu confiance en moi, m’a confié très tôt de vraies responsabilités et m’a poussé à accepter de nouveaux défis. C’est aussi grâce à lui que j’ai évolué au niveau international et que je me suis lancé dans l’enseignement à l’EPFL.

Racontez-nous vos premières expériences professionnelles.

Après ma maturité au collège de St-Maurice, dans le canton de Valais, j’ai fait des études d’ingénieur civil à l’École Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Mon superviseur de diplôme était Pierre Kohler (CEO de BG entre 2015 et 2018). J’ai travaillé deux ans comme assistant du prof. François Descoeudres à l’EPFL. J’ai rejoint BG en 1992 et commencé à travailler sur le tunnel du Lötschberg en 1994. En 1999, toujours pour BG, j’ai eu la chance d’être appelé à la direction des travaux du tunnel de base du Lötschberg dans le consortium d’ingénieurs IGWS. C’est là que j’ai acquis mes premières expériences en tunnels souterrains de très forte profondeur (1500 à 2000 m). Basé à Brigue, j’ai été pendant longtemps « l’employé le plus à l’Est de tout BG ». J’y suis resté jusqu’en 2005.

Et comment avez-vous continué votre carrière ?

En 2006, j’avais soif de nouvelles expériences et je suis devenu Chef des services techniques de la ville de Martigny. Puis j’ai rejoint le projet de construction de la centrale de pompage-turbinage Nant de Drance, en Bas-Valais, au début du percement des galeries en 2008. Après dix ans, d’abord en tant que Directeur des travaux puis Directeur général des travaux et enfin membre de la Direction de la société Nant de Drance SA, BG m’a proposé de revenir avec la perspective de travailler sur la ligne ferroviaire Lyon-Turin, plus précisément la construction du tunnel de base du Mont-Cenis, long de 57,5 km.

​​​​​​​Vous êtes également chargé de cours à l’EPFL.

Oui, j’avais été assistant à l’EPFL et disposais de quelques notions d’enseignement. Lorsque les deux professeurs chargés des travaux souterrains ont pris leur retraite, j’ai assuré l’intérim pour ne pas laisser de lacunes et assurer la relève. Mon expérience professionnelle sur le terrain me permettait de transmettre un certain savoir-faire, surtout en matière de longs tunnels en forte profondeur.

Quel conseil donneriez-vous à un/e jeune qui souhaiterait se lancer ?

Sortir de sa zone de confort. Saisir toutes les opportunités qui se présentent, même si cela exige un sacrifice. Aller à Brigue par exemple n’était pas une option très attrayante au début. En plus de l’expérience professionnelle, cela m’a néanmoins permis d’apprendre l’allemand – et ça, c’est une des meilleures choses qui me soit arrivée !! Je me suis investi personnellement en suivant de nombreux cours de management ou en apprenant l’anglais – tout cela m’a servi pour la suite.

A quoi consacrez-vous votre temps libre ?

Je ne suis jamais bien loin de la montagne (rires) ! Si en semaine, on me trouvera souvent à sonder les entrailles alpines, le week-end, j’aime partir à la découverte des sommets. À pied avec mon épouse en été et à peau de phoques avec nos trois garçons, l’hiver. J’ai fait quelques 4000 et je pratique la randonnée en haute altitude, été comme hiver.

Ma deuxième passion, c’est le Carnaval ! C’est une tradition ancestrale dans notre région et j’y participe chaque année à Monthey – en 2023, nous fêterons la 150e édition! Quelques jours avant le Mercredi des Cendres, masques, chars, guggenmusik, et autres animations rythment le cœur de la ville. Ensuite, carême d’alcool pendant 40 jours, jusqu’à Pâques !!

Qu’appréciez-vous particulièrement chez BG ?

BG est un très bon employeur qui m’a toujours permis de valoriser mon expérience professionnelle. J’ai la chance de travailler dans un domaine très spécifique, sur des chantiers de référence, en occupant des postes très intéressants. De mon côté, j’ai toujours essayé de mettre en avant le travail en équipe, de soutenir les collègues et d’encourager les jeunes. Je suis convaincu qu’il faut leur donner un maximum de cartes pour qu’ils – et elles ! – choisissent ce métier et continuent à faire des tunnels.

Un homme actif

Quinquagénaire, le Valaisan Gérard Seingre est marié et père de trois enfants adultes. Chez BG, il travaille tant qu’Ingénieur expert et Chef de projet au sein de l’Unité Infrastructures Géotechniques, Souterraines et Production d’Energie (IGSE). Il intervient principalement sur le projet TELT (Tunnel euro alpin Lyon-Turin) et sur le projet des Éoliennes de Ste-Croix, dans le canton de Vaud. Il œuvre également comme trésorier de l’ITA-AITES (International Tunnel Association – Association Internationale des Tunnels et de l’Espace Souterrain), pour laquelle il a longtemps animé un groupe de travail international, spécialisé dans les tunnels de très forte profondeur.