Planifier et construire en réseau numérique

Les entreprises engagées dans la construction du nouveau centre de soins de l’hôpital Limmattal collaborent par le biais d’une plateforme BIM. BG a acquis un grand savoir-faire dans l’utilisation de cet outil numérique.

La mission des ingénieurs civils a toujours été de calculer un ouvrage avant de le réaliser. Si les mathématiques et la physique constituent le fondement de ce calcul, l’expérience et la connaissance des matériaux de construction en sont des ingrédients essentiels. L’utilisation de nouvelles techniques et de matériaux novateurs élargit constamment les possibilités de construction, mais elle impose également aux ingénieurs des exigences de plus en plus pointues. Dans ce monde où le numérique favorise l’innovation, le mot magique se résume en trois lettres, BIM, pour «Building Information Modelling» ou modélisation des données du bâtiment.

Repérer plus facilement les conflits

BG a déjà accumulé beaucoup d’expérience avec le BIM. Cet outil numérique permet de relier une vaste quantité de données aux divers éléments d’un ouvrage afin d’en réaliser la planification, l’exécution et la gestion… tout cela en réseau. BG et les autres entreprises impliquées dans la construction du Limmattal, le nouvel hôpital de soins aigus situé à Schlieren dans le canton de Zurich, collaborent par le biais d’une plateforme BIM. Suite à l’inauguration de l’hôpital, le groupe a été chargé de remplacer l’actuel centre de soins (LIMMIcura) par un nouveau bâtiment. Là aussi, le BIM est utilisé avec succès. Les divers métiers élaborent leurs propres modèles numériques avant de charger les données sur une plateforme commune. Dans le cas de BG, il s’agit avant tout d’informations sur la résistance des matériaux, les charges utiles et les zones soumises.

Pour Christina Röthlin, cheffe de projet chez BG, le BIM offre plusieurs avantages: «La modélisation de l’ouvrage en 3D permet plus facilement de repérer les éléments conflictuels. En outre, le maître d’ouvrage a accès à la base de données à tout moment et peut y intervenir de façon transparente vis-à-vis des autres parties prenantes.» Dans le projet LIMMIcura, la plateforme BIM est employée dès le niveau du projet de construction, puis lors de l’appel d’offres et enfin au moment de la réalisation. Il serait également envisageable de la mettre à profit dans la phase d’exploitation du bâtiment, mais le maître de l’ouvrage n’en a pas fait la demande. Christina Röthlin est néanmoins convaincue que le potentiel du BIM est loin d’avoir été épuisé.

Un projet de construction ambitieux

Si le nouveau bâtiment LIMMIcura fait appel aux connaissances de BG en matière de BIM, les compétences traditionnelles de ses ingénieurs civils sont également mises à contribution, que ce soit pour les calculs statiques, les plans d’exécution du gros œuvre, les travaux de canalisation, la direction des travaux ou encore l’inspection de l’enveloppe. La fosse d’excavation et les fondations, qui s’appuient en partie sur les abris souterrains de l’ancien hôpital démoli, constituent des défis particuliers pour les ingénieurs. Doté de deux niveaux souterrains et de six étages hors sol, le nouvel édifice sera inauguré en 2023 et accueillera 150 lits destinés aux soins de longue durée, ainsi qu’un centre de jour et une clinique de réadaptation.

PHOTOS : raumgleiter ag et BG Ingénieurs Conseils

(Article tiré du BG Magazine 2020, version actualisée sur le site)
X
X