Existe-t-il un modèle Suisse de Smart City ?

Ces dernières années, l’engagement de la Suisse en matière d’écologie a été récompensé en s’illustrant dans de nombreux classements internationaux. Médaillée d’Or, en 2018, de l’Indice de Performance Environnementale, la Suisse est reconnue mondialement comme l’un des pays les plus verts.

En parallèle, la Suisse est également classée parmi les pays les plus innovants. En tête de l’Indice mondial de l’innovation en 2019, le pays dispose d’un savoir-faire à la pointe de la technologie, alimenté par l’excellence de ses universités et de son industrie. Dès lors, à la croisée entre sensibilité environnementale et innovation nait la vision suisse de la Ville Intelligente.

L'innovation au service de la durabilité

La Smart City suisse bénéficie directement de la particularité de son système politique national. En effet, tandis que le découpage des communes et des cantons est adapté à la mise en place d’un projet « smart », le fédéralisme permet une certaine flexibilité des initiatives. Ces dernières sont alors garantes d’une approche itérative en pouvant être testées localement avant d’être étendues au reste du pays.

À la différence d’un modèle français orienté vers le dialogue social et la participation citoyenne, le modèle suisse de Smart City s’axe essentiellement sur l’écologie. Avec comme enjeu principal la question de la protection de l’environnement et des ressources, c’est tout naturellement que son projet « Smart City suisse » (2012) s’axe sur la notion de durabilité avec l’aide des nouvelles technologies.

Pour ce faire, les Smart Cities suisses mettent l’accent sur l’innovation. Qu’elle soit collective (laboratoires, living labs, nouveaux partenariats et gouvernances) ou technique (nouvelles technologies, cleantechs, high-tech), l’innovation recoupe avec des domaines urbains variés pouvant être liés à la production et à la gestion de l’énergie, au traitement et au recyclage des eaux, à l’optimisation des systèmes de mobilité urbaine ou encore à des réseaux interconnectés et à l’émergence d’écoquartiers.