Portefeuille Description

STEP d'Aïre - décarboner le traitement des eaux usées

La réduction des émissions de dioxyde de carbone constitue un enjeu majeur du 21ème siècle puisque que ce gaz à effet de serre (GES), aux émissions en constante augmentation, contribue grandement au réchauffement climatique. Aujourd’hui, la recherche de solution pour réduire son impact s’effectue dans tous les domaines afin de ne plus uniquement le stocker mais le réutiliser.

Profiter de notre savoir-faire

Actuellement, l’utilisation du CO2 capturé se limite à sa séquestration dans des galeries minérales (sous forme de biomasse), dans des couches géologiques (réservoirs) ou à son intégration au procédé de méthanation. Notre connaissance des procédés dans les STEPS (traitement des micropolluants, traitement des boues d’épuration) nous permet d’innover et de proposer des solutions pour la valorisation du CO2 dans ce cadre.

Voir les choses en grand

La plus grande STEP de Suisse, celle d’Aïre, traite aujourd’hui les eaux usées de plus de 600 000 personnes, chiffre qui devrait passer au million d’ici 2030. Son processus de traitement se compose comme à l’habitude d’une étape de nettoyage qui sépare l’eau claire des boues d’épuration, et de la gestion de ces dernières, digérées en biogaz ou incinérées pour produire du ciment. Or, toute installation de combustion émet directement des GES, principalement du CO2, ce qui entache la réputation des processus de traitement, mais constitue aussi une source d’énergie qui pourrait être réutilisée mais est aujourd’hui perdue.

Pour suivre les recommandations nationales, soit la réduction des émissions de GES de 60% d’ici 2030 par rapport à 1990 et la neutralité carbone en 2050, la STEP d’Aïre a donc développé un programme de projets, aussi importants pour la population que l’environnement alentour, centré sur 3 axes :

  • L’extension de la filière de traitement des eaux et traitement des micropolluants ;
  • La rénovation et l’extension de la filière de traitement des boues ;
  • L’installation de pompes à chaleur.

Concevoir l’utile

L’urgence climatique, associée à la volonté de créer des solutions pratiques, nous a mené à penser à mettre en place un système pour :

  • Capturer le dioxyde de carbone émis par les unités de valorisation des boues en « post-combustion », c’est-à-dire après la formation des fumées mais avant leur rejet dans l’atmosphère. Pour cela, plusieurs méthodes existent, dont la plus utilisée et développée : l’absorption par des amines. Compte-tenu d’un bilan économique et énergétique défavorable, de nouvelles technologies sont en cours de développement ;
  • Valoriser le dioxyde de carbone émis dans l’industrie agro-alimentaire puisque le CO2 joue un rôle dans la conservation/congélation des aliments, ainsi que la carbonisation des boissons ;
  • Rendre le secteur du traitement des déchets propre du point de vue de l’émission des GES.

La généralisation d’un tel schéma, déployé à grande échelle, assurerait l’expansion d’une économie circulaire et la réduction de l’impact environnemental d’une installation non-négligeable des villes d’aujourd’hui. Avec la production de déchets qui augmentera de 70% d’ici 2050 selon un nouveau rapport de la Banque Mondiale, il est nécessaire d’innover pour compenser notre consommation et l’ingénierie peut se rendre utile.

Nous sommes à votre service. Contactez-nous !

Contactez l'une de nos agences

Nous sommes présents dans différentes villes, en Suisse, en France, au Portugal, en Italie et en Algérie. Contactez l’une de nos agences.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Restez informé au sujet des dernières actualité du Group BG, de ses plus récent projets et recevez les derniers articles en lien avec nos secteurs :

X
X